ALINEON®
The Alineon Chronicle
Want or need to change?
Discover your first steps in your new life.
How to feel good all the time - Jun 2015
Do you know how to feel good?
Don't forget to share around you!
Three formats available, enjoy !
  • To watch immediately,
  • and also :
To read:
To listen:

WIN AN INDIVIDUAL INTERVIEW

Leave your comments here below and participate in the draw to win a personalized individual interview !
Comments
We love your comments! Only your firstname will be displayed, as your can see below. Your email will not be displayed nor shared with anyone.
Alineon - Jun 2015
You can share here your thoughts, feelings, questions, achievements, etc.
What do you think? How do you feel about this information? What are your results? How proud are you about your new achivements? What are your questions? Or what are your difficulties?
Alice - 1 May. 2018
Les chroniques et leur bon-sens me manquaient. Et oui pour se sentir bien tout le temps, une chose , une seule : reprendre le controle de sa vie et decider de ce qui est bon ou pas pour soi et agir en consequence. Personne d'autre ne peut le faire a notre place. Il n y a pas de solution miracle! Merci Aline .
Nathalie - 5 Jun. 2016
Chère Aline, et chers participants, merci de partager vos expériences ici. Pour ma part, je trouve ces exercices et ces questions à se poser à soi-même, extrêmement simples mais pas évidentes à y trouver des réponses, surtout quand on est en plein dans le malaise. Je pense que réussir ces exercices nécessite de vraiment se trouver au bout du rouleau, c'est ce qui nous pousse à s'y mettre à fond. Sans ce "besoin", pour moi, il est difficile de vraiment creuser et extraire les réponses qui me permettraient de digérer mon malaise. Et pour "digérer", identifier, creuser, chercher la cause de ce malaise, je pense que ce qui aide c'est d'essayer de trouver une réponse satisfaisante à la question suivante, "Qu'est ce qui me pousse à faire ce qui n'est pas bon pour moi?" Et si on trouve la réponse, ça explique éventuellement nos désirs d'auto-destruction, qui sont un éléments à reconnaitre et replacer dans leurs contexte. En tous cas, merci pour ces informations.

=> Bonjour Nathalie,
Tes remarques sont très pertinentes, merci pour ton partage. Il est clair que la plupart du temps, si l'on ne bouge pas et que l'on persiste dans l'inconfort, c'est parce que l'on ne "souffre" pas encore assez pour que changer quelque chose soit une priorité. Et c'est pour cela que chacun avance à son propre rythme et qu'il est fondamental de savoir ce que l'on veut vraiment.
D'après mes observations, l'auto-destruction arrive lorsque l'on refuse de s'écouter vraiment, pour se reposer ou pour faire un choix par exemple, en essayant de se forcer à autre chose que d'oser écouter son propre coeur. Dans ce rejet de soi-même, c'est comme si le cerveau activait un programme du type "auto-destruction" pour se débarrasser de soi-même. Et c'est finalement très logique donc si l'on veut se sentir bien, il faut d'abord montrer à son cerveau que l'on est digne d'être écouté.
Brigitte - 24 Jul. 2015
Merci Aline pour cet éclairage bien expliqué et comprendre comment s'y prendre pour lâcher des croyances et toute l'inertie qui nous envahie lorsque nous voulons rester dans notre zone de confort. L'adage étant "je sais ce que j'ai je nous sait pas ce que je trouverai dans l'inconnu."..en quelque sorte une résistance au changement qui sabote notre évolution personnelle....il serait peut être intéressant d'imager ta pensée par quelques témoignages illustrés...
IDA - 21 Jul. 2015
Décidement, toutes les objections auxquelles on pense ont deja été prises en compte.
Merci Aline d'avoir réponse à tout et de nous pousser dans nos retranchements.